La mise en pratique de la spiritualité au vrai sens du terme consiste à différencier les facteurs spécifiques qui nous aident dans le processus de la connaissance de soi, de ceux qui ne favorisent pas notre épanouissement spirituel, en ayant recours à un examen approfondi de soi même qui permet de distinguer le soi intérieur de l’intellect et des sens extérieurs.

Sant Kirpal Singh

Par Sant Kirpal Singh, transcription d'un enregistrement réalisé lors de son premier voyage autour du monde, 27 juillet 1955
Talk disponible en mp3 at www.audio.sant-kirpal-singh.org


SAWAN-SINGH-Chers Messieurs et Mesdames,

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de naissance de l'un des plus grands saints qui aient jamais visité la terre ; j'ai eu la chance de pouvoir m'asseoir auprès de lui, et de profiter pleinement de sa présence. L'anniversaire de naissance d'un grand homme signifie pour nous d’emprunter le chemin de la Vérité telle qu'elle est expliquée par lui, de suivre les enseignements dans leur juste perspective et de les assimiler dans notre vie personnelle.

Un jour, un homme a demandé au disciple d'un grand homme : « Voudriez-vous écrire l'histoire de la vie de votre Maître ? » Il a répondu « oui », il le ferait. Après un certain temps, ils lui ont demandé s'il avait écrit la vie de son maître. Et il a répondu qu'il écrivait très vite, qu’il y travaillait dur ; il écrivait dans sa pratique de vie et il y restait beaucoup à écrire. Je veux dire par là que réellement célébrer l'anniversaire de naissance d'un tel grand saint, du grand maître, c’est marcher sur ses traces.

Les enseignements qu'il a donnés, en quelques mots, étaient que toute l'humanité est une, croyants ou incroyants peu importe. Mon temps de parole ne me permet pas de vous parler longuement de sa vie, mais juste de vous dire qu'il aimait les croyants autant que les incroyants car il disait que l'âme est en tout et que l'âme est l'essence du Tout-Puissant, une goutte de l'Océan de la Vie. Si malheureusement les athées ne savent pas qu'ils ont quelque chose au-dessus de la tête, ce n'est pas leur faute, c'est leur malchance. Nous savons au moins qu'il y a Dieu au-dessus de nous, la Source de toute la création et de toutes les âmes. Il a donc dit que l'humanité est une. Aime, et tout te sera donné par surcroît. C'est la voie sur le plan extérieur. La plus grande religion de l'humanité est de considérer que nous faisons tous partie d’une seule classe, qui étudie pour atteindre le but ultime. Ce qu’il a prêché est la plus grande forme de religion sociétale envisageable.

Il y avait parfois des milliers de personnes à assister à ses discours, de toutes croyances, confessions et couleurs de peau. Je me suis rendu compte à quel point une fois, ayant eu l'occasion de voir combien de sel était utilisé en cuisine pour servir les participants au Satsang qu'il tenait, et en une journée, la quantité de sel utilisée a atteint 10 maunds (une maund représente environ 38 kg). Imaginez l'ampleur du rassemblement.

Ainsi, dès qu'il y a de la lumière, les abeilles commencent à bourdonner. Il était source de bienveillance. Il était la source de toute spiritualité. Il était la source de toute vie éthique. Il était compétent pour arracher l'âme de l'homme à l'esclavage du mental et de la matière et lui donner une expérience personnelle de l'au-delà. Il sortait les êtres humains de l'abîme des indrias - l'esprit et la matière - les élevait pour qu'ils entrent en contact avec le Lien Divin en eux-mêmes et qu'ils atteignent finalement Dieu. En bref, il était le porte-parole de Dieu. Il a toujours dit que c'est Lui qui par moments s’exprime à travers sa bouche. Ils ne livreront cette vérité que lorsque l’on est seul avec eux. On entend souvent dire que nous ne savons pas ce que sont les saints. Ce n'est que dans les entretiens personnels qu'ils accordent parfois, qu'ils font référence à leur origine, à la raison de venue au monde et à la mission qu'ils portent ici-bas pour l'élévation de l'humanité. Ils viennent pour l'humanité toute entière. Pour lui, il n'y a pas de différence – l’Occident et l’Orient lui sont tous deux aussi chers - et ceux qui se sont assis auprès de lui ont fait intensément son éloge. Les gens qui venaient d’Occident, le Dr Johnson, Alexander et bien d'autres, venaient également s’asseoir auprès de lui et buvaient profondément le nectar du Nom Divin et s'élevaient dans les royaumes supérieurs.

Notre gratitude va au Seigneur pour cette grande bénédiction d’envoyer de telles personnalités dans ce monde pour guider l'humanité infantile jusqu'à lui. Tant de saints sont venus auparavant. Nous avons eu ce privilège de n’accepter que lui comme notre maître. C'était une personnalité immense. Mais, que pouvons-nous vraiment dire de lui, comment faire son éloge ? Une fois, quand j’étais à l'école, j'ai posé la question à un missionnaire, je lui ai demandé pourquoi pour tous les autres saints, les disciples qui les suivent attachent tant d'épithètes à leur nom, alors qu’aucune épithète ne se rattache au nom du Christ. Et le missionnaire a répondu à juste titre : « Donnez-vous des épithètes à Dieu ? » J'ai répondu « non ». Il a dit : « Les Fils de Dieu, comment pouvez-vous les définir avec justesse ? » En faisant leur éloge, nous les rabaissons au rang de simples êtres humains, mais ils ne sont pas un être humain : c'est une puissance supérieure qui œuvre à travers un pôle humain. Et ils ne sont rien d'autre que la Puissance divine d’en-haut. Bien sûr, nous n'avons pas vu Dieu. Le gourou vient avant Dieu, parce qu'en lui, Il resplendit... c’est exprimable. Lorsque nous sommes à Ses pieds, nous pouvons seulement dire que nous nous sommes assis aux pieds du Seigneur, qui réside en lui. Si vous allez nager dans les eaux peu profondes sur la côte, vous dites que vous avez pris un bain dans l'océan. De même, lorsque vous vous asseyez aux pieds d'un si grand Maître, vous dites que vous vous êtes assis aux pieds du Seigneur d’en-haut.

Nous avons eu la chance de Le voir avec ces yeux physiques, se déplaçant sur la terre avec toute l’humilité des saints, l'humilité personnifiée, répandant ses bénédictions tout autour de lui, à tous ceux qui venaient le rencontrer.


 

 

 

Aller au haut